Votation pour le projet de l'île Seguin

À l’occasion d’une votation constituant une première en France sur un projet d’aménagement urbain porté par le maire Pierre-Christophe Baguet, les Boulonnais ont tranché. Les résultats du vote dévoilés le 16 décembre dernier placent en tête, avec plus de 41 % des suffrages, le projet numéro 2 d’aménagement de l’île Seguin.


Le 16 décembre au soir en mairie. Une forte participation et une victoire pour la démocratie.

Il s’agit d’une grande victoire pour la démocratie, a déclaré le maire Pierre-Christophe Baguet à l’annonce des résultats le 16 décembre au soir. Avec 17 547 votants, c’est un véritable engouement de la part des Boulonnais pour l’avenir de l’île. Car, pour la première fois en France, la population a été appelée à se prononcer sur un projet urbain. Une votation inédite qui a séduit et suscité un véritable engouement et donc une large participation de la population. La moitié du corps électoral (57,40 %) se déplaçant habituellement pour les élections municipales est venue voter. "C’est pour répondre aux légitimes attentes des Boulonnais sur l’avenir de l’île que j’ai décidé de soumettre le choix du projet à leur vote", avait annoncé le maire lors du conseil municipal du 18 octobre dernier. La mairie a aussitôt organisé plusieurs réunions publiques d’informations, à l’hôtel de ville le 28 novembre, à la salle du Parchamp le 5 décembre et au gymnase Robert-Doisneau le 7 décembre, en présence de l’architecte-coordinateur Jean Nouvel. Cela leur a permis de rencontrer plus de deux milles Boulonnais. Les maquettes des différents projets étaient également visibles sur un stand ad hoc situé sur la Grand Place ou encore à l’hôtel de ville. Avec leur mensuel municipal, les Boulonnais ont également reçu un supplément décrivant par le menu les différents projets. 
Les électeurs ont pu voter de trois façons différentes : par Internet et par courrier jusqu’au 10 décembre et dans les bureaux de vote le dimanche 16 décembre. 

Rassurer les investisseurs, une priorité pour garantir l’avenir du site.

Parmi les trois projets présentés par Jean Nouvel, le projet n°2 (voir ci-dessous) est donc arrivé en tête sur les trois scrutins (7 037 voix, soit 41,41 %), devant le projet n°3 (32,08 %) et le projet n°1 (26,51%). Maître Bichon, huissier de justice, a veillé au bon déroulement de la consultation jusqu’à l’annonce des résultats. Après vingt années d’atermoiements, de rendez-vous manqués, de dépenses importantes – l’audit réalisé à l’été 2008 a révélé que 168 millions d’euros avaient été engagés pour l’aménagement de l’île, dont 126 millions déjà payés à ce jour –, l’île Seguin a enfin un avenir dont auront décidé les Boulonnais eux-mêmes. La Ville et la démocratie en sortent grandies. Et, contrairement à François Pinault, qui, las d’attendre, avait choisi d’installer sa fondation à Venise, les investisseurs d’aujourd’hui sont désormais confortés dans leur choix. Le 16 novembre 2011, concernant l’espace dédié à l’art contemporain sur la pointe amont, dans le cadre d’une promesse de vente, la société suisse Natural Le Coultre s’engageait à hauteur de 90 millions d’euros. Pour sa part, le 16 décembre 2011, le Conseil général des Hauts-de-Seine, présidé par Patrick Devedjian, votait le lancement d’un partenariat public-privé pour la construction d’une cité musicale sur la pointe aval. Enveloppe : 180 millions d’euros. "En choisissant tous ensemble un projet, nous envoyons un message fort aux investisseurs, a rappelé le maire au cours des réunions publiques. Nous pouvons désormais continuer les négociations, fixer un calendrier, conforter nos partenaires et apporter des garanties sur l’avenir de l’île"

Un seul point haut, 84 000 m² dédiés à la culture

Le projet gagnant présente un seul point haut et un jardin public sous verrière rétractable de 12 000 m2. En haut de la tour, un belvédère ouvert au public offrira une vue panoramique sur l’ensemble du paysage et de la métropole parisienne. En surface, une rue bordée de restaurants et de commerces animera le centre. Un cinéma sera construit pour proposer une offre complémentaire à celui de la Grand-Place et un palais des sports de 1 000 places pourra accueillir des compétitions sportives de haut niveau. La constructibilité totale est de 255 000 m2 dont 84 000 m2 dédiés à la culture. 

Des équipements culturels.

Sur la pointe aval, la cité musicale du conseil général accueillera une grande salle pour les musiques actuelles de 3 000 à 5 000 places, un auditorium pour le classique d’un millier de places, des studios et des espaces pour les associations musicales (dont la maîtrise des Hauts-de-Seine). Sur la pointe amont, R4, un bâtiment polyvalent dédié à l’art contemporain : lieu d’exposition, galeries, ateliers d’artistes, salle des ventes. À proximité, le cirque numérique Madona Bouglione, dessiné par Philippe Starck, et dans la partie centrale de l’île, une rue commerçante accueillera de multiples boutiques à vocation culturelle. D’autres partenaires sont pressentis : la fondation Cartier, le groupe Pathé (complexe cinématographique de 16 salles proposant 3 200 places, ce qui permettra à Boulogne- Billancourt de redevenir la cité du cinéma qu’elle était jadis en programmant sur toute la ville l’ensemble des films proposés en France pendant l’année), le Cube (actuellement situé à Issy-Les- Moulineaux) équipement public consacré aux arts numériques. Cerise sur le gâteau, Robert de Niro, fondateur du Festival du film de TriBeCa à New York, envisage de fonder un centre du cinéma. 

Développement durable.

L’île sera exemplaire en termes de développement durable, comme l’est déjà la totalité du Trapèze. Le chauffage et la climatisation proviendront à 65 % d’énergies renouvelables. Le traitement des eaux sera optimisé avec récupération des eaux de pluie. Largement piétonne, cette langue de terre aura une circulation automobile très limitée et des espaces publics ouverts : de multiples jardins couverts, une promenade accessible au public au bord de l’eau faisant le tour de l’île ainsi que des terrasses. Site attractif du Grand Paris, le projet présentera une architecture innovante prenant en compte le fleuve, les coteaux et l’ensemble de la métropole parisienne. À côté d’un pavillon dédié à la mémoire industrielle, sociale et humaine de Renault, il accueillera également des bureaux et des hébergements ponctuels : un hôtel et des résidences d’artistes. L’île sera accessible par transports en commun avec, notamment, la gare Pont-de-Sèvres du futur réseau du Grand Paris Express dès 2018.

Plus d'informations

En savoir plus

Détails des résultats

 

  Total votants Nuls Total exprimés Projet 1 Projet 2 Projet 3
Internet 6266 0 6266 1569 2736 1961
Enveloppe T 8768 555 8213 2360 3212 2641
Bureaux de vote 2513 0 2513 576 1089 848
Total 17547 555 16992 4505 7037 5450
  57,40%* 3,16%* 55,58%* 26,51% 41,41% 32,08%
* Pourcentage sur la moyenne de votants aux deux dernières élections municipales de 2001 et 2008, soit 30 568 exprimés